Actus

01/11/2017

Le bilan de Stéphane Palazzetti

posté à 14h22

Aloha!

En attendant d'annoncer la suite des événements avec l'organisation de la saison 2018, voici une rapide analyse du Coach concernant Kona 2017:

14 octobre 2017, 6ème finale du circuit Full-IRONMAN à Hawaii pour Yann. Après une brillante qualification obtenue à Boulder (1er M35-39 & 10ème au général) et une préparation optimale en vue de l’objectif, les voyants étaient au vert.

Les conditions climatiques sont peu sévères ce jour, même si Hawaii reste toujours un challenge physiologique, mécanique et psychologique particulier. C’est une course à part.

Un premier segment natation négocié en 1:01:41, avec une bonne gestion des crampes au niveau des membres inférieurs, phénomène récurrent pour Yann et pour lesquelles des pistes explicatives sont en réflexion.

Une bonne première transition (0:03:03) et Yann s’élance sur le segment cyclisme aux intensités pré-définies (230 W de puissance normalisée sur les 100 premiers km et 200 W de puissance normalisée pour les 80 derniers km). Malheureusement, Yann a connu des désagréments mécaniques (double crevaison) qui auront impacté négativement sa dynamique de course. L’analyse des données à postériori indique un temps de roulage effectif de 4:54:54, mais un temps officiel de 5:22:33, le débours de temps étant attribué aux réparations opérées. Les intensités inter-réparations ont globalement été respectées malgré un objectif de TOP100 envolé.

Yann est néanmoins resté mobilisé. Il est parti sur le marathon, et les 16 premiers km, à l’allure définie (4:05/km +/- 0:05/km) en vue d’un chrono de ~ 3:05:00, la suite du parcours étant beaucoup plus vallonné. Yann connait « un passage à vide », attribuable en grande partie à la dynamique de course impacté sur le segment cyclisme. Il boucle le marathon en 3:17:07. Il termine 284ème & 66ème M35-39 en 9:48:15 (+9.9% du temps du vainqueur en M35-39 : Christian HAUPT).

Yann est 6 fois Finishers à Kona, avec des fortunes diverses. L’année 2016 reste aujourd’hui pour lui la référence (97ème & 21ème M35-39 en 9:20:29). Nous ne serons jamais si en 2017, Yann pouvait rééditer cette performance, voir l’améliorer. Il y a donc quelques regrets, mais Hawaii reste Hawaii où il faut réussir le jour « J » à réunir tous les ingrédients de la performance. La chance en faisant partie.

Pour 2018, la finale du circuit Full-IRONMAN sera à nouveau l’objectif majeur pour Yann.

 

S.Palazzetti consulting


17/10/2017

IRONMAN WORLD CHMAMPIONSHIP 2017

posté à 08h27

IRONMAN World Championship
D-DAY October 14th 2017
Start Age Group 7H05

Finisher de mon 6ème World Championship !
Ça ne s’est pas passé comme espéré mais c’est ce qui fait aussi le charme de l’épreuve…

La préparation s’est déroulée sans encombre, juste les quelques petites alertes de dernières minutes histoire de solliciter le mental.

Heureux et «chanceux » d’être présent ici, l’objectif reste tout de même d’améliorer ma précédente édition.

3.8KM SWIM

Je commence à connaître l’épreuve et me place tôt, voir peut être trop tôt sur la ligne de départ. On est plusieurs Frenchies dans le secteur notamment des habitués de l’épreuve.

Toujours un moment un peu stressant ce mass start de 2000 pingouins alignés dans l’eau, quasi un an que l’on y pense et que l’on s’y prépare !

Le placement me permet un début de course sans bousculade, les sensations sont bonnes.
Mais comme à chacune de mes participations ici j’ai rapidement des amorces de crampes.
J’ai l’habitude de subir ça ici, ça ne m’inquiète pas plus que ça mais je dois me relâcher un maximum.
Pas le top pour aller chercher le peu de temps que je voulais soustraire sur cette première partie de course.
1H01’41- 455ème , effectivement je suis déjà en retard sur le prévisionnel, loin au classement mais pour l’instant ce n’est pas significatif.
La bonne chose c’est que je suis resté au stade d’amorce de crampes et qu’aucune chaîne musculaire ne s’est verrouillée.

T1
18OKM BIKE

Avec ce type de chrono dans l’eau c’est la cohue dans l’air de transition, il va falloir être très prudent sur la première section de la partie cycliste qui enchaîne montées/ descentes dans le secteur de Kona.
Je fais tout de même en sorte de remonter aux sensations avant de me focaliser une fois sur la Queen K sur ma cible qui est plutôt offensive jusqu'à Hawi.

La densité est telle qu’il faudra au moins 45’ avant que ça s’étire, il y a bien des mecs dans les roues mais c’est moins groupé que l’an passé.
Je fais en sorte de remonter sur la gauche en respectant mon tempo, au pire je reste en parallèle afin d’éviter de me retrouver en position de drafting.

Le vent est plutôt « favorable » et moins fort que prévu. Je crains tout de même les surprises sur le retour.

A quelques miles d’Hawi, lieu du demi tour, je suis assez confiant j’ai du remonter au classement et les jambes vont bien.

Manque de chance, crevaison de l’arrière, pas de panique, mais il va falloir revoir les objectifs. Réparation assez rapide mais forcement ma cartouche de CO2 ne veut pas mettre assez d’air dans le pneu.
Peu importe, au demi-tour il doit y avoir un stand mécanique.
Effectivement une pompe est en place, je remets la pression, me relance et prends mon ravito perso quelques mètres après.
Bien content de retrouver mes boissons de courses.
Maintenant il faut se remobiliser sur cette dernière partie du parcours cycliste, une cible plus économique.
La descente cette année malgré le vent de travers reste sécurisante, pas besoin de se relever.

Le moral est bon, je garde espoir… Un mec me remonte et me préviens que l’arrière est sous gonflé…Là ça se complique, il me reste une chambre à air, mais il faut trouver l’origine du problème…
Effectivement en cherchant mieux la carcasse du pneu à pris un gros coup.
Je prends un coup de chaud dans les deux sens du terme, le long des roches de lave à l’abri du vent, il faut trouver une solution.
Je consolide donc le pneu avec le sticker « collector » de l’épreuve, celui que l’on garde même après la revente du vélo 
Un peu de gel Mx3 en guise de colle, un bout de carton pour assurer le truc et il ne me reste plus qu’à croiser les doigts !
Comme pour la première crevaison je ne peux pas mettre assez de pression dans le pneu, il faudra que je trouve une solution en cours de route !

A ce moment là j’ai un peu imaginé tous les scénarios…Mais je ne suis pas venu jusqu’ici pour rester sur le bord de la route !

Par « chance » je tombe dans la petite côte nous ramenant sur la Queen K sur une voiture d’assistance.
Impeccable, maintenant il faut me re focaliser sur un objectif afin de rester dans la dynamique de course.
Je vais donc faire en sorte d’améliorer mes données à vélo, respecter la target, améliorer mon chrono (sans les crevaisons), et optimiser ma moyenne NP.

Le pneu tient, moi aussi même si je commence à avoir un peu plus de mal sur la fin du parcours !

L’avantage de la situation c’est que j’ai passé mon temps à remonter du monde sur le vélo. Aucune idée de mon classement mais je vois bien que j’ai perdu beaucoup de temps.

5H22 - 785ème , avec un chrono pur de 4H55 en enlevant le temps perdu sur les crevaisons et des cibles quasiment respectées, le résultat ne sera certainement pas là mais il y a du bon.

T2
42,2KM RUN

Je prends le temps de me « refroidir » un peu, enfiler les compressions et maintenant on va voir si je suis capable de passer un sub 3H malgré tout.
Je pars comme prévu tempo sur Ali’i Drive, je croise la tête de course et les copains, je remonte, c’est motivant.
Mais je sens bien que je vais manquer de jus et de mental pour tenir un fois sur les hauts de la Queen K.
Ça n’a pas manqué, je passe Palani, je me relance mais petit à petit la foulée commence à s’écraser….
Passage en mode survie, la récompense se trouve dans les éponges d’eau glacée à chaque ravito.

Un petit sursaut d’énergie sur les derniers miles !

3H17, j’ai bien cru que je n’allais pas pouvoir tenir à courir sur cette fin de marathon.

FINISH
9H48 - 284ème MAIS finisher, c’est dommage je vais être obligé de revenir  !

Une fois de plus cette épreuve a montré à tous les niveaux qu’elle est à part c’est d’ailleurs pour ça que malgré les « échecs » on y revient !

Merci pour les encouragements, les followers, les copains français et des quatre coins du monde, les partenaires, Stéphane Palazzetti, la moustachette, une nouvelle expérience que l’on a pu partager avec tout le monde !

 

resultats


13/10/2017

D-2 Ca approche!

posté à 06h06

D-2 IRONMAN World Championship
Warm and quiet
BIB#1811
Start PRO MEN 6H35 WOMEN 6H40
Start AG MEN 7H05 WOMEN 7H20


Aloha !

Ce n’est pas la journée que je préfère, la préparation est terminée, journée OFF afin de se reposer.
Ce qui laisse du temps pour peaufiner le matériel, mais aussi trop de temps de réflexion…

Normalement tout est prêt, le bonhomme aussi et les consignes sont données !

Je compte sur vous pour suivre tout ça, en France il sera samedi soir 19H05 pour mon départ.

A voir les messages et partages des posts sur FaceBook l’épreuve à l’air de vous intéresser, mais je vais tout de même faire en sorte que vous ne passiez pas trop de temps devant les écrans .

Voici les liens du live IRONMAN :

http://eu.ironman.com/triathlon/coverage/detail.aspx?race=worldchampionship&y=2017#axzz4vM970fUU

https://www.redbull.tv/

Vous pouvez aussi télécharger l’application IM Tracker sur votre smartphone

Et des infos live sur ma page FaceBook OFFICIELLE qu’il ne faut surtout pas hésiter à LIKER !

https://www.facebook.com/YannRocheteauFanPage/

Mahalo !

 

live IRONMAN live


03/10/2017

Pre IRONMAN WORLD CHAMPIONSHIP

posté à 01h58

Kailua Kona, HI USA
October 1st, 2017
29°C
Humidity 77%
Water 28°C
Pre IRONMAN WORLD CHAMPIONSHIP

Dès l’ouverture des portes de l’avion, tout devient une évidence !
L’enchaînement des longues séances, les semaines de surcharge en pleine saison estivale, tous ces mois de projection…

Il a fallut d’abord être capable de tout mettre en place pour se qualifier et désormais recommencer l’opération pour essayer de réaliser la « bonne course » !
Toute cette concentration a payée, mais je savais où je voulais en venir…Six participations consécutives, comme beaucoup je suis un « Kona-addict » mais pas que, ces îles sont paradisiaques !

J’avais laissé les derniers « gros » blocs en France pour une période d’acclimatation nécessaire, mais j’ai désormais repris le droit chemin.

J’ai pu enchaîné les séances en mer sans combi, le plan d’eau au petit matin est un vrai aquarium. Reprise des marques au bassin local, l’occasion de croiser Jan Frodeno entre autres…
Pour l’instant les conditions ne sont pas violentes concernant l’intensité du vent même si sur Hawi, à la pointe de l’île, celui-ci est tout de même présent…
En revanche, les sorties à pied effectuées en milieu de journée rappellent vite à la prudence…

Encore de belles séances à venir puis tout va vite se mettre en place vers le jour J.

Une chose est certaine, sans les personnes qui me soutiennent et notamment financièrement, je ne pourrais pas être ici pour me confronter à cette sélection mondiale !

Un grand Mahalo pour m’avoir aidé à boucler les budgets de cette aventure au rythme de fou:

PASO Traiteur, Les Sables Vendée Triathlon, La Mie Câline des Sables d’Olonne, IBIS Style Les Sables d’Olonne, La Conserverie La Sablaise, ADJD Consortium, Marmin Paysages Espaces Verts, Un Zeste De Bien Etre, l’Atelier Saint Pierre ainsi que les anonymes qui se reconnaîtront !

Il y a le financement mais aussi les équipements, Mahalo :

Bernaudeau Cycles, BMC Switzerland, Mx3 Extreme, Running Les Sables , Aquasphere MP Swim, BV Sport, Brooks Running, VEETS Running, Craft, Rudy Project, Freelace, DaphBands, T-Print.

Et the community manager qui vous fait partager tout cela Daphné et le chef d’orchestre Stéphane Palazzetti !

A suivre sur la page Facebook… : https://www.facebook.com/YannRocheteauFanPage/

 


30/07/2017

Triathlon EDF Alpe d'Huez

posté à 20h10

Triathlon EDF Longue Distance de l’Alpe d’Huez
Jeudi 27 juillet 2017 9H30
Température: entre 15C° et 25C°
Météo idéale
Eau 15,7°C
Natation 2.2km barrage EDF Vaujany
Vélo 120 km 3200D+
CàP 20km Alpe d’Huez 1800m


Il me tenait à cœur de revenir sur cette belle épreuve déjà disputée il y a deux ans, ma première expérience sur la course mythique avait été un peu mitigée…Il fallait donc y retourner.

Avec les objectifs prioritaires de qualification et de participation au Championnat du Monde IRONMAN, je n’ai pu mettre les moyens d’effectuer une préparation spécifique.
Placée dans la continuité de l’entraînement, seul un enchaînement de trois jours dans les Pyrénées me mettra dans le contexte de course.
Mon poids plume et ce mini stage ne feront pas de moi un « un vrai montagnard »!

Première crainte subie lors de ma dernière expérience : la température de l’eau. Cette année j’ai mis en option quelques accessoires afin de me protéger. Cette première partie se déroule correctement en sortant dans un chrono prévisionnel de 31’ à la 45ème position. Un peu loin au classement mais la course sera longue.

La partie cycliste en 4 actes :

Col de l’Alpe du Grand Serre, 14.9km 1010D+ 6.7% avg
Col du Malissol, 3.3km 200D+ 5.9% avg
Col d’Ornon, 14.4 km 536 D+ 3.9% avg
Ascension de l’Alpe d’Huez et ses 21 virage, 13.9km 1119D+ 8% avg

Je remonte au classement sur le premier acte, pour ensuite stabiliser selon le profil, alors que sur un profil classique je reprends du temps et des places au ranking. Ici ce n’est pas la même musique.

Un peu en dessous des valeurs cibles, je reste prudent dans l’effort car je connais la suite mais aussi prudent dans les descentes (qui n’est pas mon point fort).

On a pris l’option de garder le BMC time machine 01 monté avec les Vision Métron 40 avant, 55 arrière (merci Bernaudeau Cycles pour le montage), roulant 99% du temps sur ce vélo et n’ayant pu préparer l’épreuve sur une autre monture. L’analyse des données montrera si cette option était bien en adéquation avec mon état de forme du moment (l’auteur de la citation se reconnaitra.)
Pour la prochaine participation je ferai tout de même en sorte d’utiliser une monture type BMC Team Machine SLR01 DISC.

Je pose T2 après 4H36 en 48ème position après une montée de l’Alpe en 1H07 le plus économique possible, l’offensive n’aura pas été à l’ordre du jour et il était préférable ainsi.
Les derniers virages amorcent quelques crampes…

A l’égal du vélo j’entame les 20 km de càp avec la même philosophie, économie et relâchement, pas de prise de risque si je ne veux pas finir sur le bas côté !

Le run n’est pas long mais me permet de remonter, la course est traumatisante avec les transferts trail, route, montées, descentes. Il n’est pas nécessaire d’être offensif tant les athlètes sont impactés, les différences d’allures sont importantes, 1H27 pour moi.

Un finish en 6H39 à la 25ème position, je n’aurais pas pu faire mieux mais c’est certain que j’aurais voulu pouvoir être plus combatif pour aller chercher le top TEN, la prochaine fois !!

Merci à Odka représenté par les SPAS Ospazia partenaire de l’épreuve pour le dossard ainsi que pour les SPAS sur la finish line !
Bravo à mes deux équipiers du LSVT Guillaume Charre et Olivier Lecomte pour avoir été tenaces et finishers de leur première expérience Longue Distance et pas la moindre !

Et bravo à la « Moustachette » Daphné, Finisher de son premier triathlon sur l’épreuve « courte », audacieux de tenter la discipline sur une des courses les plus compliquées de France.

Maintenant place à la préparation pour KONA, les semaines vont être chargées au travail avec la saison estivale mais il va falloir trouver les ressources pour y placer les semaines de surcharge !

Un fois de plus à toi de jouer Stéphane Palazzetti !

Merci à tous mes partenaires !


 

Les résultats




» Consulter les archives

RSS